Gecco transforme l’huile alimentaire en biocarburant.

Julien Pilette au Salon Jadde

Le Nord-Pas de Calais, nouvelle terre de production de biocarburant ? C’est en tout cas l’ambition de Gecco, PME lilloise qui y travaille depuis 2007, date de sa création. Au départ, le projet est de collecter dans la région, l’huile alimentaire auprès de restaurants et particuliers. Elle est ensuite vendue à une entreprise de recyclage belge, pour être transformée en bio-diesel distribué en Europe principalement.

Circuit court

En 2013, Gecco a l’idée d’aller plus loin : créer une filière locale de recyclage d’huile usagée, pour la transformer en bio-diesel. Soutenu par les Fondations de Rothschild et la CCI Nord de France, dans le cadre de la Troisième Révolution Industrielle, Julien Pilette, son dirigeant-fondateur, explique la pertinence de cette démarche :

« demain, nous souhaitons mettre en œuvre un nouveau modèle économique local : que l’huile alimentaire collectée soit recyclée en bio-diesel et réutilisée sur le même territoire. Cela valorise les circuits courts, crée de l’emploi et diminue l’empreinte écologique de l’activité. »

Pour mener ce projet, Gecco investit depuis six ans dans la recherche, au travers de son laboratoire dirigé par son associé scientifique Michel Millares, en partenariat avec l’Université Lille 1. L’objectif est de développer un programme de recherche en matière de recyclage d’huile alimentaire en biocarburant, via un procédé biologique et non chimique, limitant ainsi son empreinte écologique. Aujourd’hui, le programme est abouti, permettant de fabriquer quelques centaines de litres de biocarburant.

Levée de fonds

C’est pourquoi, courant novembre 2014, Gecco est en train de lever 800 000 euros pour financer un pilote industriel dans le Nord-Pas de Calais : la première usine régionale qui va recycler l’huile alimentaire locale en biodiesel par une filière sociale et solidaire.

« Les partenaire financiers qui participent à cette levée de fonds sont la BPI, des banques, nos actionnaires actuels,comme McCain. »

explique Julien Pilette pour qui l’arrivée de l’entreprise canadienne dans le projet crédibilise d’autant plus la démarche. Le chiffre d’affaires de la PME devrait atteindre 400 000 euros fin 2014, soit une croissance de plus de 30%.

Au sein du CMDU

2014 est également l’année du déménagement. L’entreprise a quitté Seclin, pour installer son siège à Lille, dans l’espace de co-working La Grappe : elle réfléchit d’ailleurs à intégrer le cluster de l’économie sociale et solidaire InitiativesETcité, situé au même endroit. Et l’entrepôt de collecte est installé au Port de Lille, au sein de la nouvelle structure CMDU (Centre Multimodal de Distribution Urbaine) : ainsi sur Lille, Gecco collecte l’huile en triporteur. Et peut-être sera installée au même endroit le projet d’usine de biocarburant sur 200m2.

Au-delà de ce projet de création de filière locale de recyclage, Gecco souhaite atteindre à six ans, un million d’euros de chiffre d’affaires.

« Notre ambition est de gérer un réseau national de franchises de recyclage et d’apporter conseil et ingénierie, aussi bien en recyclage d’huile qu’en développement de nouvelles technologies eco-conçues. »

conclut Julien Pilette.

Anne Henry-Castelbou

Article paru dans Croix du Nord le 14/11/14

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s