L’Ecopôle alimentaire fait rayonner la ruralité

Maraîchage bio
Maraîchage bio

Situé dans la région d’Audruicq, entre Calais et Boulogne-sur-Mer, ce site atypique propose un nouveau modèle agricole.

C’est au départ une ancienne ferme rachetée par la communauté de communes d’Audruicq. L’objectif était de repenser la production et la consommation locale, pour développer le bien-vivre alimentaire. Aujourd’hui, 4 hectares sont exploités (bientôt 11) sur un site où cohabitent plusieurs pôles d’activités. Il accueille les Anges Gardins du réseau Cocagne, une entreprise d’insertion via le maraîchage biologique, et Terre d’Opales, association de 15 producteurs locaux.

Salle de conditionnement des paniers bio
Salle de conditionnement des paniers bio

Ensemble, ils réalisent des paniers de légumes bio, vendus toutes les semaines localement à 150 abonnés. Un atelier de transformation de légumes a été installé il y a trois ans, pour préparer des soupes, des frites et autres plats préparés … vendus à la restauration collective. Outre la production et la structuration d’une filière de proximité, l’Ecopôle a vocation à faire découvrir le bien-être alimentaire avec des formations d’ambassadeurs du bien-vivre alimentaire, des ateliers de cuisine et de jardinage. Une compagnie, le Théâtre de l’ordinaire, en résidence sur le secteur, fait un travail sur nos souvenirs de cuisine et prépare un spectacle pour 2019 intitulé « Sur la route des épices ». Enfin, une exposition sur le pain y est installée.

Récolte sur le site
Récolte sur le site

Créateur d’emplois

L’Ecopôle fonctionne depuis 2011. 55 emplois – 35 en insertion et 20 permanents – ont été créés. C’est un investissement de 2,5 millions d’euros, financé en partie par l’Etat, la Région et le département. Frédéric Huchette est responsable du projet au sein de la communauté de communes de la Région d’Audruicq : « Ça apporte une énergie, une ouverture, un dynamisme, un rayonnement et une visibilité au-delà des frontières d’Audruicq. Le site s’est même dupliqué à Loos-en-Gohelle, avec l’Archipel nourrier. » Et il a obtenu une reconnaissance nationale, en devenant Pôle Territorial de Coopération Economique en 2015 : groupement d’acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire, qui met en place un projet innovant de développement local durable. Le site est actuellement suivi par l’économiste Christian du Tertres, spécialiste des questions de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération.

Frederic Huchette est responsable du projet Ecopôle alimentaire au sein de la communauté de communes La Région d_Audruicq
Frédéric Huchette, responsable du projet Ecopôle alimentaire au sein de la communauté de communes La Région d’Audruicq

Une intuition locale

Ce projet est né il y a dix ans, de la rencontre entre Dominique Hays, fondateur des Anges Gardins et Président du Réseau Cocagne et Frédéric Huchette  : « Nous avons eu l’intuition politique qu’il pouvait se passer quelque chose sur la question alimentaire. Et le projet s’est concrétisé avec l’achat de cette ferme. » Le foncier et les bâtiments appartiennent à la collectivité. Et des conventions sont signées avec les occupants associatifs. A terme, ils espèrent pouvoir être rejoints par d’autres partenaires de la transition écologique comme un fab-lab, un repair-café ou Uniscité, association de service civique.

Domnique Hays, directeur de l'Ecopôle
Dominique Hays, directeur de l’Ecopôle

Pour Dominique Hays, devenu directeur de l’Ecopôle alimentaire, ce projet symbolise l’économie de la fonctionnalité : « Il s’agit à chaque fois d’interroger le besoin avant de se procurer les biens. Avec cet Ecopôle, on met l’alimentation au coeur du modèle économique. Cela permet ensuite de créer des emplois dont les gens ont besoin, et d’avoir un impact positif sur l’environnement. » Une manière également de montrer que de nombreuses solutions de transition écologique sont à inventer dans les territoires. Et pour ceux qui s’interrogent sur les clés de succès d’un tel projet, Dominique Hays précise qu’il n’y a pas de nombre idéal d’hectares à exploiter ou de personnes à embaucher : « La réussite de ce site de relocalisation alimentaire dépend des partenariats économiques locaux et de l’animation locale. Chaque territoire doit trouver la taille optimale de son site. »

Article paru dans La Gazette du Nord-Pas de Calais 7/12/18

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s