Barbara Hendricks, une vie auprès des réfugiés

Barbara Hendricks - (c) ADN - Adrien Noterdaem
Barbara Hendricks – (c) ADN – Adrien Noterdaem

Barbara Hendricks commence dimanche à Lille une tournée de chants un peu partout en France. Cantatrice américaine, ambassadrice honoraire à vie auprès du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Réfugiés (HCR), cette femme de coeur continue son combat pour la défense des droits de l’homme. Interview avec la chanteuse quelques jours avant sa venue en France.

 

Comment combinez-vous votre vie de cantatrice et votre mission avec le HCR ? 

C’est plus simple maintenant car je suis officiellement retraitée. J’accepte uniquement des concerts qui me font plaisir. Je n’ai pas le même calendrier qu’il y a dix ans. Je suis plus disponible pour le HCR. Avant, je ne pouvais pas annuler un concert pour aller dans une zone de conflit. J’en aurais perdu ma crédibilité d’artiste. Maintenant, j’ai plus de temps. En avril, je vais ainsi aller en Grèce. Là-bas, il y a beaucoup de gens bloqués sur place, qui attendent d’être  accueillis par les européens. J’irai peut-être aussi en Afrique prochainement.

Depuis de longues années, vous défendez la cause des réfugiés et des droits de l’homme. Y-a-t-il des signes encourageants dans ce domaine?

Les signes positifs, c’est la réaction des citoyens, notamment européens. Je me rends compte qu’ils ont beaucoup moins peur que la classe politique. Il y a beaucoup de compassion et de solidarité envers les réfugiés. Il faut juste essayer d’imaginer quel accueil nous aimerions recevoir si nous étions forcés de fuir avec rien, sauf nos enfants. En prenant le temps de penser à ça, il est alors impossible de fermer les yeux, fermer les portes et fermer nos coeurs.

En quoi cette mobilisation pour les réfugiés fait-elle écho à vos valeurs ?

Si nous pouvions vivre juste selon le premier article de la Déclaration universelle des droits de l’homme, cela serait un bon début : «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.». Cela montre que nous sommes tous frères et soeurs. C’est alors difficile de ne pas avoir de la compassion pour l’autre. Il faut juste oser le regard, oser le regard de l’autre.

Extrait de l’article réalisé pour le journal Présence – Groupe Bayard
Barbara Hendricks - (c) Fernand Fourcade
Barbara Hendricks – (c) Fernand Fourcade
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s